Double phrase musicale.

Le titre de l’article est un peu sommaire mais représentatif. Cette composition à été trouvée à la guitare. Elle est faite de deux parties superposées l’une à l’autre comme ce que pourrait produire une main gauche et une main droite sur un piano par exemple. C’est pour cette raison que j’ai décidé de l’interpréter sur un piano. Cet instrument me permettait de jouer les deux parties en même temps. Mais avant cela j’ai aussi voulu retranscrire cette musique sur une portée. D’abord sous forme d’une partition « ordinaire » elle m’a permis d’apprendre le morceau au piano. Puis en repensant à l’effet de décalage que la superposition des deux parties crée, j’ai analysé la structure de la partition. Je me suis aperçu que l’une des parties (disons celle de la main gauche) représentait 3 temps et demi et que l’autre était simplement basée sur quatre temps, une mesure. Cette différence produit un décalage qui retrouve naturellement son emplacement temporel à un moment donné, et puisque la musique est une courte boucle la position d’origine est vite rattrapée. On peut appeler ça un Phasing, Steve Reich a utilisé cette technique sur un morceau qui s’appelle Violin Phase je crois dans lequel deux pistes de violon sont jouées par un magnétophone à bande, et ce au même tempo. Mais sans un précision extrême de lecture des bandes, il se produit forcément un décalage léger qui grandit petit à petit pour enfin retrouver la synchro de début.

Pour analyser la partition, j’ai voulu relier quelques notes entre elles sur chaque partie séparée. J’ai ainsi groupé certaines notes selon une cohérences qui m’était…cohérente, et j’ai obtenu des formes géométriques fermées. Trois formes différentes pour être précis (cela concerne la main gauche) (image ci-dessous à venir dès la rentrée)

Quelques temps plus tard après avoir pensé et repensé à cette musique et aux formes associées, j’en étais arrivé à une optique concernant la musique répétitive et avais aussi fait un rapprochement entre ces formes géométriques et l’architecture et ses propres formes. Et tandis qu’en cours d’esthétique nous visionnions quelques photographies de grandes cités de barres d’immeubles tristement identiques, j’ai vite fais un vrai rapprochement formel. Aussi, j’ai parcouru le globe et les multiples zones ainsi urbanisées sur Google Earth© et ces vues du ciel présentant de petits volumes s’enchaînant les uns à côté des autres, j’ai pensé à monter mes propres formes musicales en volume. J’ai tout de suite pensé au matériau béton, peut être un peu rapidement mais au final je pense que cela n’aurait vraiment pas marché avec quelconque autre matériau. L’atelier Miniature scénique en cours à ce moment là m’a permis d’offrir un cadre à ce projet naissant. Il prendra la forme d’une sculpture ou de plusieurs petits volumes de béton représentant la partition, et la musique enregistrée y sera aussi associé en temps réel. Une sculpture, un son et un nom permettront une lecture correcte de la pièce… je pense. Bon ça n’a pas si bien marché que ça mais c’est surtout du au fait que le son n’était pas assez fort pendant la présentation dans la salle de spectacle de la maison de l’étudiant à Caen. Mais dans un milieu silencieux, ça marchera mieux! Donc voici quelques photographies de ma pièce prises ce jour-ci à la MDE.


Il y aurait encore des choses à dire sur par exemple la forme de la partition ou l’utilisation du béton dans l’art par les artistes mais si j’ai le courage je le ferai plus tard, cette longue description est assez barbante comme ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s