Nuage


Je ne suis pas dans le meilleur des état pour parler de mon travail aujourd’hui mais bon, essayons…

Donc, au début de ces vacances et après avoir passé ma fin de 4e année à utiliser le béton dans mes travaux j’ai décidé de réaliser un nuage dans ce même matériau. Evidemment l’article précédent parle d’une autre origine ce cette idée de nuage en béton, puisqu’il s’agissait d’un concert-vidéo dont la vidéo évoquait en partie les nuages. Je pourrais faire la simple addition de l’intérêt pour les nuages et ce médium que j’utilise beaucoup pour en arriver à justifier cette envie. Mais Voilà après tout c’est une simple envie, et le terme “simple” n’est pas là pour rabaisser mon travail comme j’ai la mauvaise habitude de le faire. C’est avant tout parce que j’aime les choses simples et j’ai peur des choses compliquées, j’ai peur. Pour moi une des choses les plus simples dans l’environnement, par dessus ces architectures qui me séduisent tant, flottent les nuages. Et qui n’a jamais passé ne serait-ce que dix minutes à simplement regarder en l’air, sans évidemment tonber dans le cliché d’essayer de voir des animaux dans les nuages, juste les voir évoluer dans leur lenteur. Pour le coup mon nuage exprime l’extrême lenteur de ces manifestations climatiques puisque coulé dans du béton, comme une succession de murs aux formes de nuage de dessin animé. On dira qu’il tire son esthétique de celle de l’art japonais et de la représentation de la nature (peut-être dans les estampes, à voir), mais je n’ai pas pensé à cela en le faisant. En entretiens on me dit aussi que mes travaux prennent un caractère absurde de plus en plus. Un NUAGE en BETON, quoi de plus paradoxale, c’est cette poésie que j’aime insuffler dans mes objets, mes vidéos, mes images…

Ce même nuage m’a posé des problèmes de décoffrage et m’a obligé à le repenser. Aussi j’ai recommancé en coffrant chaque lamelle de béton séparément. Ainsi chaque lamelle indépendante peut glisser en longueur et modifier instantanément le nuage.

Dire que je ne m’interesse plus au son est faux puique en y pensant, le frottement d’une lamelle contre l’autre et celui de chaque lamelle sur le support produit un son qui sort de ce nuage, alors qu’un nuage ne nous communique pas de son, juste le vent le fait. Donc c’est encore quelque chose qui me plaît dans cet objet.

(ce p***** de blog n’est qu’un long monologue chiant!)

à bientôt

Publicités

2 réflexions sur “Nuage

  1. Bah y’a plus chiant comme monologue… Oui, un nuage en béton est absurde et ça crée de la poésie, c’est beau, continue comme ça mec, Glory Hole parlera peut-être de ton travail dans ses faits divers… du genre « un galeriste écrasé par un nuage en béton qui s’est décroché du ciel ». Bon courage.

  2. Finalement pas si absurde, un nuage en béton, quand d’un point de vue scientifique on sait qu’un simple cumulus « pèse » plusieurs tonnes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s